Messe pour le repos 9-XII-09 (Bulletin)

La dévotion privée, adressée au Serviteur de Dieu José Maria Hernandez Garnica a été soulignée dans les récentes célébrations de l’église.

Le 7 Décembre 2009 a été 37 anniversaire le transfert de la mort du prêtre José Maria Hernandez Garnica. En l’homélie de la neuvaine de l’Immaculée Conception a été rappelé comment les premiers pas dans le sacerdoce les a donné dans cette ville de Barcelone, où il retourna au long de sa féconde vie apostolique dans le monde entier, et où il est finalement décédé. Il est enterré au cimetière de Montjuic. (*)

Messe de Requiem de son âme

En plus de cette référence importante, en particulier la messe a été célébrée le 9 Décembre et comme dans le temps liturgique de l’Avent on peut faire certains changements, tels que les anniversaires de la mort, on les a fait pour le prêtre José María. Avec ce commencement, le recteur de l’église de Santa Maria de Montalegre nous a préparés à prier pour son âme. Dans son homélie, a rappelé l’engagement pris l’an dernier dans les mêmes circonstances: célébrer une messe annuelle pour le repos de son âme. Quelques mois plus tôt, le 17 Mars 2008, on avait fermé le procès diocésain de la cause de canonisation qu’a été commencé le 28 Février 2005.

Passé le hall d’entrée de l’église, et à l’entrée du temple, il y avait des feuilletons avec un résumé de sa vie, et des images qui invitent à la dévotion privée à ce Serviteur de Dieu. Mais, il a dit le Recteur, il convient de penser ce qu’il veut dire donner culte public à un citoyen qui est peut-être déjà dans le ciel. Si cela est promu, on peut même arrêter le processus de canonisation, parce que dans ces circonstances on ne peut dicter une résolution à ce sujet. Une fois que vous arrêtez la cause, on a besoin de laisser passer le temps, et dans l’Eglise cela peut signifier une centaine d’années…

Nous sommes sûres que la vie de D. José Maria a été sainte.

Le chrétien sait détecter si une personne vivante est sainte. Mais il est toujours nécessaire que l’Eglise se prononce, il est impératif que le Saint Père le dise. C’est à partir de ce moment qu’on peut lui rendre le culte public. Entre-temps, l’abbé Francesc Perarnau nous dit ce que nous pouvions faire, et ce que nous devons faire est prier. Et si le Serviteur de Dieu José Maria est déjà saint, la prière n’est jamais, jamais, perdue.

Avec assurance, il déclara: «Nous sommes certains que la vie de D. José Maria est sainte». Et c’est important le retentissement, l’impact que tout cela a sur les gens. Si nous croyons en sa sainteté, nous devons le faire connaître, spécialement il faut qu’on lui demandé des faveurs, car c’est comme ça que la cause de canonisation continuera. Si nous le croyons, nous devons nous compromettre dans ça. Il a ajouté que le miracle est essentiel, doit se produire. Mais ça ne dépend pas de nous, cependant nous devons le demander. Pour faire tout cela les images sont très utiles et des fiches d’information sur la vie de ce Serviteur de Dieu.

Le Recteur nous a avertis que l’année 2013 sera le centenaire de sa naissance, et qu’on peut rêver à la possibilité qu’à cette époque le processus ait progressé parce qu’il pousse, du ciel, déjà pour ce que nous demandons. Et s’il nous accorde une faveur ou un miracle, il faut l’écrire et envoyer la lettre à cette église.

Données d’un intérêt particulier

* La dépouille mortelle de D. José Maria Hernandez Garnica repose dans le cimetière de Montjuic à Barcelone, dans le caveau 33 du groupement 11 de la Via de la Santissima Trinitat.

– Pour plus d’informations, vous pouvez trouver d’autres nouvelles dans ce web de l’église de Santa Maria de Montalegre www.montalegre.org.

– Aussi dans le nouveau blog de D. Jose Maria

http://hernandezgarnica.wordpress.com/novedades/.

Isabel Hernandez 10/12/2009

MESSE POUR LE REPOS 9-XII-09 (BULLETIN MONTALEGRE)

La dévotion privée, adressée au Serviteur de Dieu José Maria Hernandez Garnica a été soulignée dans les récentes célébrations de l’église.

Le 7 Décembre 2009 a été 37 anniversaire le transfert de la mort du prêtre José Maria Hernandez Garnica. En l’homélie de la neuvaine de l’Immaculée Conception a été rappelé comment les premiers pas dans le sacerdoce les a donné dans cette ville de Barcelone, où il retourna au long de sa féconde vie apostolique dans le monde entier, et où il est finalement décédé. Il est enterré au cimetière de Montjuic. (*)

Messe de Requiem de son âme

En plus de cette référence importante, en particulier la messe a été célébrée le 9 Décembre et comme dans le temps liturgique de l’Avent on peut faire certains changements, tels que les anniversaires de la mort, on les a fait pour le prêtre José María. Avec ce commencement, le recteur de l’église de Santa Maria de Montalegre nous a préparés à prier pour son âme. Dans son homélie, a rappelé l’engagement pris l’an dernier dans les mêmes circonstances: célébrer une messe annuelle pour le repos de son âme. Quelques mois plus tôt, le 17 Mars 2008, on avait fermé le procès diocésain de la cause de canonisation qu’a été commencé le 28 Février 2005.

Passé le hall d’entrée de l’église, et à l’entrée du temple, il y avait des feuilletons avec un résumé de sa vie, et des images qui invitent à la dévotion privée à ce Serviteur de Dieu. Mais, il a dit le Recteur, il convient de penser ce qu’il veut dire donner culte public à un citoyen qui est peut-être déjà dans le ciel. Si cela est promu, on peut même arrêter le processus de canonisation, parce que dans ces circonstances on ne peut dicter une résolution à ce sujet. Une fois que vous arrêtez la cause, on a besoin de laisser passer le temps, et dans l’Eglise cela peut signifier une centaine d’années…

Nous sommes sûres que la vie de D. José Maria a été sainte.

Le chrétien sait détecter si une personne vivante est sainte. Mais il est toujours nécessaire que l’Eglise se prononce, il est impératif que le Saint Père le dise. C’est à partir de ce moment qu’on peut lui rendre le culte public. Entre-temps, l’abbé Francesc Perarnau nous dit ce que nous pouvions faire, et ce que nous devons faire est prier. Et si le Serviteur de Dieu José Maria est déjà saint, la prière n’est jamais, jamais, perdue.

Avec assurance, il déclara: «Nous sommes certains que la vie de D. José Maria est sainte». Et c’est important le retentissement, l’impact que tout cela a sur les gens. Si nous croyons en sa sainteté, nous devons le faire connaître, spécialement il faut qu’on lui demandé des faveurs, car c’est comme ça que la cause de canonisation continuera. Si nous le croyons, nous devons nous compromettre dans ça. Il a ajouté que le miracle est essentiel, doit se produire. Mais ça ne dépend pas de nous, cependant nous devons le demander. Pour faire tout cela les images sont très utiles et des fiches d’information sur la vie de ce Serviteur de Dieu.

Le Recteur nous a avertis que l’année 2013 sera le centenaire de sa naissance, et qu’on peut rêver à la possibilité qu’à cette époque le processus ait progressé parce qu’il pousse, du ciel, déjà pour ce que nous demandons. Et s’il nous accorde une faveur ou un miracle, il faut l’écrire et envoyer la lettre à cette église.

Données d’un intérêt particulier

* La dépouille mortelle de D. José Maria Hernandez Garnica repose dans le cimetière de Montjuic à Barcelone, dans le caveau 33 du groupement 11 de la Via de la Santissima Trinitat.

– Pour plus d’informations, vous pouvez trouver d’autres nouvelles dans ce web de l’église de Santa Maria de Montalegre http://www.montalegre.org.

– Aussi dans le nouveau blog de D. Jose Maria

http://hernandezgarnica.wordpress.com/novedades/.

Isabel Hernandez 10/12/2009

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :