Présentation d’”OUVERTURE D’HORIZONS”. Portrait de José María Hernández Garnica

Arrivée des participants

Le 23 Avril, fête de la Saint George et la Journée du Livre en Catalogne, a été publié un nouveau livre sur D. José María Hernández Garnica. Intitulée “OUVERTURE D’HORIZONS”. Portrait de José María Hernández Garnica et a été écrit par son biographe, José Carlos Martin de la Hoz. Publié par le Service des Publications de l’église de Santa Maria de Montalegre.

Le livre est imprimé sur format A5 et a 96 pages, avec une collection de photographies inédites. Le prix du marché est de 3 €.

La présentation du livre, que fait l’église de Santa Maria de Montalegre, explique pourquoi on a fait cette édition. On rappelle la visite que Saint Josémaria Escriva de Balaguer a rendue à l’église le 28 Novembre 1972, lors d’une tournée de catéchèse dans toute la péninsule ibérique. Il a put passer du temps avec D. José María Hernández Garnica, qui souffrait d’une maladie grave et terminal (il mourrait dans les prochaines semaines.) Le fondateur de l’Opus Dei a été très touché par sa visite et faisait des références continues, demandant des prières pour ce fils. Pas grande chose à supposer que, dans sa venue à Montalegre, pendant qu’il priait dans la chapelle du Saint-Sacrement, ou dans le presbytère, devant l’image de la Vierge, il eut intercédé pour lui, en l’accompagnant dans sa souffrance.

En attendant commencer

Mais on s’est décidé de faire cette publication, dans la conviction que D. José María a pris soin de vivre très bien l’esprit que saint Josémaria a enseigné, et qui l’a amené à se sanctifier dans les circonstances de sa propre vie et aider aux autres à faire de même.

L’Eglise de Montalegre  veut aider à ce que ce message soit diffusé partout, car il s’est traduit dans la vie d’un homme qui a apprécié l’église de Santa Maria de Montalegre et tout le travail qu’on s’efforce d’y faire.
C’est une brève biographique d’un prêtre, très convenable aussi, dans l’Année sacerdotale heureusement appelé par le Pape Benoît XVI à l’occasion du 150e anniversaire de la mort de saint Jean-Marie Vianney, curé d’Ars.

Cérémonie de présentation

Le 20 mai vu le lancement du livre “OUVERTURE D’HORIZONS. Portrait de José María Hernández Garnica » par son auteur, D. José Carlos Martin de la Hoz.
Le livre, qui raconte la biographie de l’un des trois premiers prêtres de l’Opus Dei, a été publié en castillan et catalan par l’église de Santa Maria de Montalegre. La cérémonie de présentation eu lieu à la Faculté de Communication Blanquerna, à côté de l’église. Y ont assisté180 personnes.

La cérémonie a débuté avec des paroles de Pilar Alvarez, qui a raconté l’activité que développe le comité qu’a été constitué à l’église de Montalegre pour la diffusion de la  figure D. José María Hernandez Garnica et sa dévotion. Entre autres choses, a suscité la publication de ce livre. Elle a encouragé les personnes présentes à coopérer avec ce comité.

Table présidentielle

Ensuite, le recteur de Montalegre, M. Francesc Perarnau rappela, comme il est raconté dans la présentation du livre, aux saints qui ont vécu l’église Montalegre, comme saint Joaquina de Vedruna, décédé dans l’ancienne Maison de la Charité, et saint Josémaria Escriva de Balaguer, qui y a été le 28 Novembre 1972. Il y a d’autres personnes ayant une réputation de sainteté, à qui ont a commencé le processus de canonisation, comme dans le cas de D. José María Hernandez Garnica, décédé à Barcelone le 7 Décembre 1972, et avec qui, de l’Eglise de Montalegre ont une implication particulière pour les raisons expliquées dans le livre.

Expositions de D. José Carlos

Ensuite, D. José Martín Carlos de la Hoz fi sa dissertation sur D. José María Hernández Garnica. Basé sur le texte écrit, qui a été le nerf de sa conférence a montré avec beaucoup d’anecdotes vie sainte de ce prêtre, et a créé une atmosphère très familière et proche, ce qui a fait très facile avoir de la sympathie et l’amitié pour ce serviteur de Dieu, un des trois premiers prêtres de l’Opus Dei, et qui avec une pleine fidélité à saint Josémaria, a fortement encouragé les travaux de l’Opus Dei parmi les femmes, et l’expansion du travail apostolique par de nombreux pays en Europe, à ses débuts.

Une vue d'ensemble du public

L’essentiel de sa présentation a été que les saints sont des amis de Dieu et des amis des hommes. C’est pour ça qu’ils sont si près de Dieu (ils sont pleins de Son Amour) et aussi près des hommes (ils ont un zèle apostolique sans limite). Il illustra bien ces idées avec beaucoup de détails de la vie de D. José María Hernández Garnica, qui a clairement exprimé sa haute qualité humaine et surnaturelle, et un dévouement sans  limites pour les autres, qui l’amena à voyager à travers l’Europe, à faire toutes sortes de tâches manuelles, pour lesquelles il n’était pas très doué, à parler différentes langues alors qu’il n’avais pas une bonne oreille, etc. Tout,  ça oui, avec une foi absolue en Dieu et en la mission surnaturelle qui lui a été confiée par saint Josémaria, qui lui faisait surmonter tous les obstacles. Tan il est vrai que, pendant ses années de travail a travers des pays de l’Europe on a commencé la plupart des résidences d’étudiants que les fidèles de l’Opus Dei ont encouragé dans ces pays.

Rafa pose la première question

Il a également expliqué diverses faveurs attribuées par l’intercession de D. José María Hernandez Garnica et a encouragé les personnes présentes à lui demander de l’aide dans les besoins les plus ordinaires.
La présentation fût suivie de questions, où les participants étaient intéressés à la manière de mieux diffuser la vie de ce serviteur de Dieu, sa dévotion, ses écrits, l’intérêt d’une biographie plus complète, etc.

En train de poser une question à D. José Carlos

La dernière question a donné lieu à des bons souvenirs de la dernière rencontre de Saint Josémaria avec D. José María Hernández Garnica. C’était le 22 Novembre 1972, quelques semaines avant sa mort. Juste le voir, D. José María Hernández Garnica s’agenouilla pour baiser les pieds de saint Josémaria, mais il lui en empêcha, en le levant, et lui dit d’un ton afectueu, « Chiqui, ne vas pas le gâcher maintenant! ».

Jean a posé la dernière question

C’était un geste d’une signification très profonde. Le 19 Mars 1940, D. José María Hernández Garnica rejoint définitivement l’Opus Dei. Lors de la cérémonie simple qui accompagnait alors cet événements, saint Josémaria se mit à genoux et lui baisa les pieds, répétant les paroles de l’Évangile: «Heureux sont les pieds de ceux qui prêchent l’évangile. »
Ce fait resta fortement gravé dans la mémoire de D. José María Hernández Garnica depuis lors, avec le désir de revenir à Saint Josémaria ce baiser. Maintenant, tout près de sa mort, c’était comme dire: “Ma vie entière a été d’être fidèle à Dieu, en étant fidèle à saint Josémaria”.

Vente de livres

Après la cérémonie de nombreux participants achetèrent le livre et d’autres publications sur D. José María Hernández Garnica.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :